[ exact phrase in "" • ~10 sec • results by date ]

[ Google-powered • results by relevance ]

LOCATION/TYPE

News Home
Archive
RSS

Subscribe to RSS feed

Add NWW headlines to your site (click here)

Sign up for daily updates

Keep Wind Watch online and independent!

Donate $10

Donate $5

Selected Documents

All Documents

Research Links

Alerts

Press Releases

FAQs

Publications & Products

Photos & Graphics

Videos

Allied Groups

En dérèglementant l’éolien, les députés menacent le patrimoine  

Credit:  Didier Rykner, samedi 6 octobre 2012, latribunedelart.com ~~

La nouvelle ministre de la Culture avait plutôt bien commencé son mandat, et nous avions salué ses premières actions. Depuis, l’annonce du budget, puis de son détail, qui montre une baisse considérable de la part réservée au patrimoine et aux musées, notre enthousiasme mesuré a été quelque peu douché. Mais au moins avions nous l’impression que, malgré tout, il y a avait une ferme volonté de reprendre la main sur le respect de la législation et de revenir sur les attaques qui lui avaient été portées par le précédent gouvernement (notamment la suppression des ZPPAUP). On annonce même une grande loi patrimoine pour 2013.

Mais à quoi servira une loi patrimoine si, dans le même temps, des textes contre le patrimoine sont votés, au milieu de la nuit, par une poignée de députés manipulés par un lobby particulièrement puissant car intéressé par la manne financière (publique).

Soyons clair : même si leur caractère écologique est loin d’avoir été démontré, nous ne sommes pas forcément opposés aux éoliennes. Un développement raisonné de leurs implantations sur le territoire est possible et, à vrai dire, inévitable tant la croyance en leur efficacité est largement répandue. Lutter contre elles reviendrait à se prendre pour un nouveau Don Quichotte.

Mais ce qui se profile, et qui avait déjà commencé (ill.), c’est un développement anarchique, une multiplication insensée de ces constructions au profit unique de leurs promoteurs qui se moquent comme d’une guigne de la beauté des paysages et du patrimoine.

Dans la nuit du 4 au 5 octobre en effet, alors qu’il était question de débattre du prix de l’énergie, trois amendements proposés par EELV ont été votés, qui vont tous dans le même sens d’une déréglementation sauvage. Les quelques députés n’appartenant pas à la majorité présidentielle (UMP, centristes et même Front de gauche) sont sortis de l’hémicycle pour protester contre ce passage en force. Le député UMP Martial Saddier a prononcé, selon la presse, une phrase forte que nous reprenons entièrement à notre compte : « Ne transformez pas à 2 heures du matin, en fin de semaine, la France en un immense ventilateur !; ».

S’il devait être voté définitivement en l’état ce texte permettrait :

– d’autoriser les constructions d’éoliennes individuelles ; jusqu’à présent, en effet, il était obligatoire de construire des groupes d’au moins cinq éoliennes. Une fois édifiées, qu’il y ait une ou plusieurs éoliennes, le mal est fait. Cela permettait de maximiser l’efficacité en diminuant l’impact paysager. Désormais, cinq éoliennes pourront être réparties et multiplier la pollution visuelle (et, rappelons le, les nuisances pour les oiseaux et les chauve-souris).

– la suppression des Zones de Développement Eolien, qui canalisaient, même très imparfaitement, l’implantation des parcs éoliens,

– l’assouplissement des conditions d’éligibilité au tarif d’achat de l’électricité ; or, il a été mainte fois démontré que ce tarif d’achat obligatoire par EDF était trop élevé et rendait rentables des projets qui n’auraient pas pas du l’être, au détriment de l’intérêt général, transformant les éoliennes en rentes d’Etat au profit de leurs promoteurs,

– un allégement de la loi littorale pour les DOM-TOM.

Lorsque l’on sait que le code du patrimoine ne comprend aucun système de protection particulier pour les vues remarquables sur les monuments ou les paysages classés dès lors que la construction en cause est installée au delà des 500 mètres règlementaires, si l’on se rappelle que, déjà, de nombreux projets, même avec la législation actuelle, vont ruiner des paysages, on comprend les conséquences dramatiques de telles mesures qui laissent la bride sur le cou des promoteurs libres de faire ce qu’ils veulent, où ils le veulent, ou à peu près.

Un nouveau combat s’ouvre, hélas, pour la protection du patrimoine. Quel sera le rôle du ministère de la Culture dans celui-ci ? Une nouvelle fois, il est bien silencieux [1]. Frédéric Mitterrand déclarait officieusement (nous l’avons entendu le dire) : « Je hais les éoliennes ». Ce qui ne fait pas une politique, et n’a jamais abouti à une prise de position publique ou une volonté de légiférer. On attend donc une intervention d’Aurélie Filippetti. Elle veut protéger le patrimoine ? Voici une bonne occasion.

En attendant, ce seront une nouvelle fois les associations qui tenteront, avec leurs moyens, de protester. Les Vieilles Maisons Françaises, par l’intermédiaire de leur président Philippe Toussaint, nous ont fait parvenir le message suivant : « Il est impensable, pour soit disant – selon Mme Batho, ministre de l’Écologie – sauver quelques emplois (ce qui resterait d’ailleurs à vérifier) de saccager nos paysages, de ruiner le cadre de vie de nos concitoyens et de mettre en péril l’attractivité de nos territoires, donc le tourisme. Il s’agit là bien d’une déréglementation généralisée. »

Notes

1. Nous n’avons eu aucune réponse à nos questions à ce sujet, formulées il est vrai vendredi, dans l’après midi.

Source:  Didier Rykner, samedi 6 octobre 2012, latribunedelart.com

This article is the work of the source indicated. Any opinions expressed in it are not necessarily those of National Wind Watch.

Wind Watch relies entirely
on User Funding
Donate $5 PayPal Donate

Share:


News Watch Home

Get the Facts Follow Wind Watch on Twitter

Wind Watch on Facebook

Share

CONTACT DONATE PRIVACY ABOUT SEARCH
© National Wind Watch, Inc.
Use of copyrighted material adheres to Fair Use.
"Wind Watch" is a registered trademark.
Share

Wind Watch on Facebook

Follow Wind Watch on Twitter