- National Wind Watch: Wind Energy News - https://www.wind-watch.org/news -

Mad as the sea and wind: Wind power in France: A lie and a swindle?

[Cliquez ici pour la version Française.]

The public’s disenchantment with wind power is growing rapidly: its supporters have become a minority. More and more French people are concerned about the environmental and health damage and the blots on their country’s famous landscapes as a result of its massive development. They are also exasperated by the cavalier methods used to impose it, and the corruption of elected officials that too often accompanies it.

But the French still do not realize, due to the intense campaigns of disinformation on these subjects, how much wind generated electricity will actually cost them, without contributing to combating global warming, or doing away with nuclear reactors. It will destroy more jobs than it creates. This work explains why. It also dismantles the structures of lies and financial scams that allow wind energy promoters to make money from it without worrying about its real efficiency or the human and environmental damage, just for their own financial or electoral benefit.

Wind power spoils the countryside and coastlines, impoverishes the French people, and is of no use to them. It is a weapon of mass destruction on their environment and economy. It compromises their energy security. It must be stopped as a matter of urgency and the money wasted on it must be used to reduce CO₂ emissions from housing and transport, which emit considerably more CO₂ and are therefore more harmful to the climate than our electricity.

Bernard Durand is an engineer, researcher and naturalist. He was Director of the Geology-Geochemistry Division of the Institut français du pétrole et des énergies nouvelles (IFPEN) [the French Institute of Petroleum and New Energies], then of the Ecole Nationale Supérieure de Géologie [College of Geology] He also chaired the Scientific Committee of the European Association of Geoscientists and Engineers (EAGE). He is a co-founder of the environmental association “Nature en Pays d’Arvert”. Alfred-Wegener Prize from the EAGE.

Bernard Durand, how can you be both a co-founder of an environmental association and write a book entitled “Un vent de folie: L’éolien en France : mensonge et arnaque?” [ Mad as the sea and wind: Wind power in France: a lie and a swindle?]

It is perfectly compatible, and this book demonstrates the fact: wind power in France is in fact a weapon of massive environmental destruction for rural areas. It will soon be equally the case for the marine environment, if offshore wind power is installed in force as our government wants it to be. What would be incompatible for an ecologist, and therefore profoundly hypocritical, would be to promote wind power on the grounds of a defence of the environment and the climate, as do the well-established NGOs that claim to be “environmental”, such as Greenpeace, World Wildlife Fund (WWF) and France Nature Environnement (FNE), among others.

You claim that disenchantment with wind power is growing amongst public opinion and that its supporters have become a minority. No doubt this is due to the numerous critical works published in recent years. However, your book sets out an original critique, that is still unknown to the general public.

The works you are talking about are in fact mainly concerned with denouncing the effects of wind turbines on the environment and human health, the corruption of elected officials that is far too often part of the process of taking the industry forward, and the absurdity of this development from an economic point of view. They have indeed contributed to a growing public disenchantment, springing from the increased perception by local residents – of whom there are more and more – of the harmful effects of wind power on their immediate environment and their health.

This is currently the only work intended for the general public which demonstrates, with the help of basic physics, that wind power cannot in any way achieve the aims used to justify promoting it. In particular, it can only increase the price of electricity, and now of fuel, for French households, and as a result increase the energy insecurity of low income households, while it can do nothing to reduce our CO₂ emissions and combat climate change. It will do nothing towards the closure of our nuclear reactors. Is it sensible to wreck our environment for something that costs a lot of money and is useless?

Public opinion has not in fact genuinely grasped this, because disinformation on these subjects by the media, under pressure from a large part of the political and financial world but also unfortunately from so-called “environmental” NGOs such as those mentioned above, has provided intense blanket coverage for quite some time. Fortunately this is changing now. Hopefully not too late!

You talk a great deal about the German example, about non-dispatchable electricity provision, about CO₂ production remaining high, and about the dramatic rise in electricity prices. What lessons can we learn from this?

The most important lesson to be learned is that we should not follow the example of Germany, which has, impulsively and thoughtlessly, run headlong into an ecological and economic dead end and a lasting dependence on fossil fuels by wanting to develop wind and solar photovoltaics at all costs; apparently quite literally, because the expenditure on this programme is already running into hundreds of billions of euros, for a very poor result. Due to the intermittency, i.e. the uncontrollable (non-dispatchable) variability of the electrical power generated by their wind power, Germany was forced to retain all its energy from coal-fired dispatchable plants. It had to replace the nuclear reactors it had shut down with gas-fired power plants. It now imports large quantities of coal from the United States, and will soon be importing large quantities of Russian gas to supply its gas-fired power plants via the Northstream 1 and 2 gas pipelines that have just been installed in the Baltic Sea to supply these plants. As a result Germany is, and will be for a very long time, the main polluter of the European atmosphere, with the climate-lethal CO₂ emitted by its power stations, but also with the fumes from these power stations which are harmful to health. The planned replacement of its coal-fired power plants with gas-fired power plants by 2038 will come too late, and while it will reduce its CO₂ emissions it will also increase its emissions of methane (CH₄), the main component of natural gas, which is much more harmful to the climate than CO₂.

The current government seems to want to put an end to nuclear power generation, as with the Fessenheim power station, and replace it with wind power. Is this desirable for the consumer? Or the climate?

The example of Germany shows just what will happen if we close down our nuclear power plants. Like Germany we would be obliged to replace our lost power with equivalent power from coal and/or gas-fired power stations and, again like Germany, to have considerable CO₂ emissions from our electricity production. This would mean reneging to a huge extent on the commitments we made at COP 21 in Paris in 2015. The closure of Fessenheim, which emits practically no CO₂, is already an extraordinary aberration!

Of course, we may imagine that one day it will be possible to replace coal and gas-fired power stations with massive wind and solar power storage. But at this point engineers do not even know what this kind of storage would constitute, and so actually building it, if that is ever even possible, will not be happening any time soon. But the climate will not wait. In addition, their cost is likely to be higher than the plants they would replace. In any case, Germany is obviously not counting on this, since it will be supplying its future gas-fired power stations with Russian gas.

Now if it did one day become possible, our country would be covered with giant wind turbines. And, of course, we would also have to accept a very sharp increase in the price of electricity and fuel for households.

You talk about a disinformation mechanism and use some very strong expressions such as “lies” and “financial swindles”. How has it come to this?

Yes, I’ve used strong words. Because the disinformation on these subjects is quite extraordinary and must be denounced in the strongest possible terms. This is due to a convergence of powerful political and financial interests that use modern advertising and marketing techniques to shape public opinion, and most of the media goes along with it.

So, it has become virtually impossible to debate these issues calmly on a scientific basis, and this represents a great danger to our democracy.

I hope that my book will stimulate this kind of debate amongst the public.

[translation by Bernard Durand]

A paraitre : vent de folie … le nouveau livre de Bernard Durand

Alors que la nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a présenté son Green deal de 1000 milliards d’euros, les problématiques énergétiques sont plus que jamais débattues. Bernard Durand spécialiste de ces questions s’apprête à publier « Un vent de Folie » un ouvrage dans lequel il revient sur la question de l’éolien. EuropeanScientist a rencontré l’auteur pour lui poser quelques questions.

The European Scientist : Bernard Durand comment peut-on être à la fois cofondateur d’une association environnementale et écrire un livre intitulé “Un vent de folie. L’éolien en France : mensonge et arnaque ?”

Bernard Durand : C’est parfaitement compatible, et ce livre le démontre : l’éolien en France est en réalité une arme de destruction massive de l’environnement pour les milieux ruraux. Il le sera bientôt pour les milieux marins, si l’éolien en mer s’y installe en force comme le veut notre gouvernement. Ce qui est incompatible pour un écologiste et donc profondément hypocrite, c’est de promouvoir l’éolien en prétendant ainsi défendre l’environnement et le climat, comme le font en particulier des ONG qui se prétendent « environnementales » ayant pignon sur rue, comme entre autres Greenpeace, World Wildlife Fund (WWF) et France Nature Environnement (FNE).

TES : Vous affirmez que le désamour de l’éolien progresse dans l’opinion et que ses partisans sont devenus minoritaires. Sans doute est-ce dû aux nombreux ouvrages critiques parus ces dernières années. Pourtant votre livre développe une critique originale et encore inconnue du grand public.

B.D. : Les ouvrages dont vous parlez s’attachent en effet surtout à dénoncer les effets des éoliennes sur l’environnement et la santé humaine, la corruption des élus qui trop souvent accompagne son développement, et l’absurdité de celui-ci d’un point de vue économique. Ils ont en effet contribué à amplifier ce désamour de l’opinion, dont l’origine est la perception croissante par ses riverains, de plus en plus nombreux, des effets néfastes de l’éolien sur leur environnement immédiat et sur leur santé .

Celui-ci est pour l’instant le seul ouvrage grand public à faire la démonstration, étayée par des considérations de physique élémentaire, que l’éolien ne peut aucunement atteindre les objectifs qui justifient son développement d’après ses promoteurs. En particulier, il ne peut que faire augmenter le prix de l’électricité, et maintenant des carburants, pour les ménages français, et donc augmenter la précarité énergétique des ménages pauvres, alors qu’il ne peut rien pour faire baisser nos émissions de CO₂ et donc lutter contre la dérive climatique. Il ne peut rien pour fermer nos réacteurs nucléaires. Abîmer notre environnement pour quelque chose qui coûte très cher et qui ne sert à rien, est-ce bien raisonnable ?

Cela n’est en effet pas encore vraiment compris de l’opinion, parce que la désinformation sur ces sujets par les médias, sous la pression d’une grande partie du monde politique et financier mais aussi malheureusement des ONG dites « environnementales» telles que celles citées plus haut, a été très longtemps intense et omniprésente. Il est heureux que cela soit en train de changer. Espérons que ce ne soit pas trop tard !;

TES : Vous parlez beaucoup de l’exemple allemand, du parc d’électricité non pilotable, de production de CO₂ qui restent élevée et des prix de l’électricité qui ont terriblement augmenté. Quelles leçons en tirer ?

B.D. : La principale leçon à tirer est qu’il ne faut surtout pas imiter l’Allemagne, qui s’est mise de manière impulsive et irréfléchie dans une impasse écologique et économique, et dans une dépendance durable aux combustibles fossiles, en voulant développer l’éolien et le solaire photovoltaïque à tout prix ; c’est le cas de le dire car les dépenses qu’elle a dû consentir pour cela se comptent déjà en centaines de milliards d’euros, cela pour un résultat très médiocre. Du fait de l’intermittence, c’est-à-dire de la variabilité incontrôlable (non-pilotable) de la puissance électrique produite par ceux-ci, elle a été obligée de conserver toute sa puissance de centrales pilotables à charbon. Elle a dû remplacer les réacteurs nucléaires qu’elle a fermés par des centrales à gaz. Elle importe maintenant de grandes quantités de charbon des Etats-Unis, et va bientôt importer pour alimenter ses centrales à gaz de grandes quantités de gaz russe via les gazoducs Northstream 1 et 2 qui viennent d’être installés en Mer Baltique pour alimenter ces centrales. L’Allemagne est et sera donc pour très longtemps le principal pollueur de l’atmosphère européenne, avec le CO₂ climaticide émis par ses centrales électriques, mais aussi avec leurs fumées nuisibles à la santé publique circulant dans toute l’Europe au gré des vents. Le remplacement qu’elle prévoit d’ici 2038 de ses centrales à charbon par des centrales à gaz viendra trop tard, et fera certes diminuer ses émissions de CO₂, mais augmenter ses émissions de méthane (CH₄), principal constituant du gaz naturel, bien plus nocif pour le climat que le CO₂.

TES : Le gouvernement en place semble vouloir mettre un terme au parc nucléaire, comme avec la centrale de Fessenheim et le substituer par de l’éolien. Est-ce souhaitable pour le consommateur ? Pour le climat ?

B.D. : L’exemple de l’Allemagne montre justement ce qui nous attend si nous fermons notre parc nucléaire. Car nous serons obligés comme elle de remplacer sa puissance ainsi perdue par une puissance équivalente de centrales à charbon et/ou à gaz, et d’avoir comme elle des émissions considérables de CO₂ de notre production d’électricité. Ce qui serait un déni massif de nos engagement pris lors de la COP 21 à Paris en 2015. La fermeture de Fessenheim, qui n’émet pas de CO₂, qui n’émet pratiquement pas de CO₂, est déjà une incroyable aberration !;

Bien sûr, nous pouvons imaginer un jour remplacer les centrales à charbon et à gaz par des stockages massifs d’électricité éolienne et solaire. Mais les ingénieurs ne savent même pas actuellement ce que pourraient être ces stockages et leur construction si elle est un jour possible ne sera pas de sitôt. Or le climat n’attendra pas. De plus leur coût sera sans doute supérieur à celui des centrales qu’ils pourraient remplacer. De toutes façons, l’Allemagne ne compte visiblement pas là-dessus puisqu’elle va alimenter ses futures centrales à gaz par du gaz russe.

Et si cela pouvait un jour exister, notre pays devrait alors être couvert d’éoliennes géantes. Et bien sûr, nous devrions aussi accepter une très forte augmentation du prix de l’électricité et des carburants pour les ménages.

TES : Vous parlez d’un mécanisme de désinformation et vous employez des mots forts tels que “mensonges” et “arnaque financière”. Comment a-t-on pu en arriver là ?

B.D. : Oui, j’emploie des mots très forts. Car la désinformation sur ces sujets est tout à fait extraordinaire et doit être dénoncée fortement. Cela est dû à une convergence d’intérêts politiques et financiers puissants qui utilisent les techniques modernes de la publicité et du marketing pour façonner l’opinion, avec la complaisance de la plupart des médias.

Il est de ce fait devenu pratiquement impossible de débattre sereinement de ces questions sur des bases scientifiques, et c’est un grand danger pour notre démocratie.

J’espère que mon ouvrage permettra d’initier un tel débat dans l’opinion publique.

Bernard Durand est ingénieur, chercheur et naturaliste. Il a été directeur de la Division Géologie-Géochimie de l’Institut français du pétrole et des énergies nouvelles (IFPEN), puis de l’Ecole nationale supérieure de géologie. Il a aussi présidé le Comité scientifique de l’European Association of Geoscientists and Engineers (EAGE). Il est cofondateur de l’association environnementale «Nature en Pays d’Arvert». Prix Alfred-Wegener de l’EAGE. Il contribue régulièrement dans nos colonnes.

Un vent de folie

Le désamour de l’éolien progresse rapidement dans l’opinion: ses partisans sont devenus minoritaires. Car de plus en plus de Français s’inquiètent des dégâts environnementaux et sanitaires et de la défiguration des paysages emblématiques de leur pays qu’entraîne son développement massif. Ils sont aussi exaspérés par les méthodes à la hussarde employées pour l’imposer, et la corruption des élus qui trop souvent l’accompagne.

Mais les Français ne réalisent encore pas, tant la désinformation à ces sujets est intense, à quel point l’électricité éolienne va leur coûter cher, sans pour autant permettre de lutter contre le réchauffement climatique, ou de supprimer de réacteurs nucléaires. Elle détruira plus d’emplois qu’elle n’en créera. Cet ouvrage leur explique pourquoi. Il démonte aussi les mécanismes des mensonges et de l’arnaque financière qui permettent aux promoteurs de l’éolien de le faire prospérer sans se soucier de son efficacité réelle, ni de ses dégâts humains et environnementaux, à leur seul profit financier ou électoral.

L’éolien défigure les campagnes et les littoraux, appauvrit les Français et ne leur sert à rien. C’est une arme de destruction massive de leur environnement et de leur économie. Il compromet leur sécurité énergétique. Il faut l’arrêter d’urgence et consacrer les sommes ainsi gaspillées à la diminution des émissions de CO₂ de l’habitat et des transports, considérablement plus émetteurs et donc nuisibles au climat que notre électricité.

Plus de renseignement