[ exact phrase in "" • ~10 sec • results by date ]

[ Google-powered • results by relevance ]


LOCATION/TYPE

News Home
Archive
RSS

Subscribe to RSS feed

Add NWW headlines to your site (click here)

Sign up for daily updates

Keep Wind Watch online and independent!

Donate $10

Donate $5

Selected Documents

All Documents

Research Links

Alerts

Press Releases

FAQs

Publications & Products

Photos & Graphics

Videos

Allied Groups

Éolien: les promoteurs se bousculent  

Credit:  Geneviève Gélinas, Johanne Fournier, Collaboration spéciale | Le Soleil | www.lapresse.ca ~~

(Gaspé) L’appel d’offres d’Hydro-Québec pour 450 mégawatts d’énergie éolienne promet d’être âprement disputé. À deux mois de l’échéance, les promoteurs éoliens développent pour 2640 à 2855 mégawatts de projets au Québec, soit six fois la quantité qui sera commandée, selon un inventaire effectué par Le Soleil.

«On s’attend à ce que [l’appel d’offres] soit très compétitif, déclare Steve Vertefeuille, directeur du développement chez Eolectric, une firme qui prépare sept projets. Plusieurs projets éoliens n’ont pas été sélectionnés dans le passé et 450 MW, c’est une petite quantité», ajoute-t-il.

«On aimerait voir ces 450 MW se renouveler d’année en année, renchérit Sébastien Verzeni, directeur d’Enerfin Canada. L’industrie est assez mature. Des turbiniers sont installés [au Québec] et la chaîne d’approvisionnement est assez complète.»

Des 450 MW commandés, 300 MW devront être situés au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie. Et les promoteurs l’ont bien compris. À elles seules, ces deux régions rassemblent pour 2200 à 2400 MW de projets.

L’appel d’offres prévoit que les communautés contrôlent 50 % du projet. Les deux régions de l’Est se sont donc organisées pour devenir des partenaires de taille.

La Régie intermunicipale de l’énergie Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine regroupe 40 municipalités (sur 44), qui mettent leurs capacités d’emprunt en commun et partageront ensuite les profits. Énergie éolienne Bas-Saint-Laurent, une société en nom collectif, regroupe la première nation des Malécites de Viger et les huit MRC de la région administrative.

Concertation

«On a décidé d’agir en concertation, explique le porte-parole du groupe et président de la Conférence régionale des élus du Bas-Saint-Laurent, Michel Lagacé. Cette volonté-là n’est pas nouvelle parce que, déjà en 2012, on avait exprimé ce souhait au premier ministre Jean Charest. On a décidé de se mettre ensemble plutôt que d’être des compétiteurs.» Selon M. Lagacé, il pourrait aussi s’agir de la première alliance entre des autochtones et des non-autochtones en vue de soumissionner pour des projets éoliens.

Mieux, les regroupements gaspésien et bas-laurentien discutent en vue de s’allier. Si l’entente est signée, la Gaspésie sera propriétaire à 50 % de 100 MW de parcs, et le Bas-Saint-Laurent aura 50 % de 200 MW, un partage au prorata de la population, peu importe la localisation des projets retenus.

«Le but des discussions est d’assurer un revenu certain à la Gaspésie. On a une prise contre nous vu les lignes de transport d’Hydro-Québec [qui approchent de leur capacité limite pour évacuer de l’énergie hors de la Gaspésie]», explique Richard St-Laurent, président de la Régie intermunicipale de l’énergie.

Chantale Lavoie, préfète de la MRC de la Matapédia au Bas-Saint-Laurent, ne voit que du bon à cette possible alliance, qui pourrait être signée dès la semaine prochaine. «Le but n’est pas d’être en compétition, mais de s’assurer d’une plus-value pour nos communautés, peu importe où seront les parcs.»

Les offres à Hydro-Québec devront être déposées au plus tard le 3 septembre. Les échéances pour connecter les parcs retenus au réseau vont de la fin 2016 à la fin 2017. Il n’est pas dit que tous les projets en développement seront présentés et des promoteurs pourraient en ajouter d’ici là. Le Soleil ne prétend pas non plus avoir réuni un inventaire exhaustif.

Un quatrième appel d’offres

L’appel d’offres en cours est le quatrième lancé par Hydro-Québec pour obtenir de l’énergie éolienne. Le premier, lancé en 2003, prévoyait 1000 MW de puissance installée en Gaspésie et dans la MRC de la Matanie. Dès 2005, Hydro-Québec commandait 2000 MW supplémentaires, dans tout le Québec cette fois. Un appel pour des projets communautaires et autochtones a suivi en 2009, lors duquel 300 MW ont été retenus dans des parcs n’excédant pas 25 MW. Les coûts payés aux producteurs retenus ont été de 7,5 ¢ le kilowattheure lors du premier appel d’offres, de 9,65 ¢ au deuxième et de 12,1 ¢ au troisième. Les promoteurs qui participent à l’appel d’offres actuel de 450 MW devront limiter leurs soumissions à 9 ¢ du kWh.

Source:  Geneviève Gélinas, Johanne Fournier, Collaboration spéciale | Le Soleil | www.lapresse.ca

This article is the work of the source indicated. Any opinions expressed in it are not necessarily those of National Wind Watch.

Wind Watch relies entirely
on User Funding
Donate $5 PayPal Donate

Share:


News Watch Home

Get the Facts Follow Wind Watch on Twitter

Wind Watch on Facebook

Share

CONTACT DONATE PRIVACY ABOUT SEARCH
© National Wind Watch, Inc.
Use of copyrighted material adheres to Fair Use.
"Wind Watch" is a registered trademark.
Share

Wind Watch on Facebook

Follow Wind Watch on Twitter