- National Wind Watch: Wind Energy News - https://www.wind-watch.org/news -

Les citoyens inquiets par le projet

SAINT-CYPRIEN-DE-NAPIERVILLE – S’ils sont toujours aussi virulemment opposés au projet d’éoliennes que leur propose Kahnawake Sustainable Energies (KSE), les citoyens de Saint-Cyprien-de-Napierville sont tout de même prêts à laisser le promoteur leur présenter le projet au cours d’une rencontre d’information.

Rappelons que le promoteur, de même que deux citoyens de la municipalité dont son maire Normand Lefebvre, ont intenté une poursuite contre Saint-Cyprien pour abus de pouvoir, puisque la localité a refusé d’octroyer le permis nécessaire à l’implantation des huit éoliennes sur des terres agricoles. Selon l’ancien conseil, l’usage ne respectait pas la règlementation municipale.

«L’objet du litige, c’est surtout au niveau de l’interprétation de la règlementation municipale. À Saint-Rémi, les éoliennes ont été assimilées à des outils de télécommunication, de transport d’énergie. À Saint-Cyprien, nous assimilons ça à un usage industriel», a expliqué Nancy Trottier, directrice générale de Saint-Cyprien. «Par conséquent, ce n’est pas permis en zone agricole.»

Le procès, qui devait initialement se dérouler au mois de janvier, a été reporté au mois de mai, mais la municipalité a rencontré le promoteur du projet en attendant et lui a permis de tenir une rencontre d’information.

Faire le point

Pour faire le point sur la situation, le conseil municipal de Saint-Cyprien-de-Napierville a convoqué ses citoyens mardi dernier. Ils étaient d’ailleurs près d’une centaine à répondre à l’appel et provenaient tant des municipalités voisines que de Saint-Cyprien. La rencontre s’est déroulée sans le maire Lefebvre, étant donné le conflit d’intérêts (il aurait été en faveur d’accueillir des éoliennes sur ses terres).

Un citoyen, Jean Siouville, se questionnait à savoir pourquoi la municipalité permettait la tenue d’une telle rencontre quand KSE avait déjà eu l’opportunité de rencontrer les citoyens en 2010, mais avait elle-même annulé la rencontre, par «mesures de sécurité». D’autres citoyens se sont montrés sceptiques quant à l’objectif visé par la rencontre et la possibilité d’un réel échange.

Le maire suppléant, Jean-Marie Mercier, a indiqué que la rencontre ne se tiendrait pas dans les locaux de la municipalité, mais que le Conseil favorisait la tenue d’une assemblée par souci de transparence. Il a invité les citoyens à poser leurs questions à KSE lors de cette rencontre.

«Le but à favoriser, c’est pour ne pas avoir l’air de nuire au projet», a expliqué la directrice générale.

«Ce que nous voulons, c’est simplement que cette rencontre-là se tienne harmonieusement. C’est tout ce que nous souhaitons dans le contexte actuel», a renchéri M. Mercier.

Pas de prise de position

Les citoyens étaient bien documentés. Plusieurs avaient d’ailleurs en main des documents sur l’historique du projet (production de 24 mw d’énergie éolien). Certains ont d’ailleurs demandé au conseil de se positionner sur le projet à plusieurs reprises.

«Êtes-vous prêts comme conseil, à représenter vos citoyens, à dire à KSE que vos citoyens n’en veulent pas?», a même questionné Johanne McDermott.

Le conseil est toutefois demeuré très prudent étant donné les procédures judiciaires qui pèsent contre lui.

«Ce que nous souhaiterions, c’est que notre opinion ne soit pas utilisée en Cour contre nous», a lancé M. Mercier à un citoyen.