- National Wind Watch: Wind Energy News - https://www.wind-watch.org/news -

Non aux zones de développement éolien

Saint-Aigny. Scot, PCET, Zed… Derrière ces sigles se cachent des dossiers importants sur lesquels le comité syndical du Parc de la Brenne s’est penché.

Le Schéma de cohérence territorial rural (Scot) a été présenté aux élus à plusieurs reprises, suite à un appel à candidature du Parc naturel de la Brenne. Il s’agit, suite à la loi du Grenelle II, d’élargir progressivement le principe de constructibilité limitée hors du périmètre défini par le Scot. Avec une échéance prévue en 2017. Le bureau a souhaité se donner un an de réflexion, « afin d’être mieux à même de prendre une décision ». Les délégués ont donc décidé de créer une commission et de bénéficier du projet lancé par le Réseau rural français, en coopération avec le Parc naturel régional du Morvan qui permettra notamment de travailler sur l’outil Scot. La loi impose par ailleurs l’élaboration d’un Plan climat énergie territorial (PCET) aux collectivités et notamment aux parcs naturels. C’est un programme d’actions qui, à partir d’un bilan des émissions de gaz à effet de serre, définit les mesures pour lutter contre le changement climatique. Il comprend des thématiques obligatoires (bâtiments par exemple) et optionnelles. Le comité syndical a approuvé la candidature au PCET et sollicité les financements auprès de l’Ademe et du conseil régional ainsi que l’étude du bilan des gaz à effet de serre sur l’ensemble des 51 communes.

Avis partagés sur l’éolien

Comme un certain nombre de collectivités, le PNR avait à émettre un avis sur la création de deux Zones de développement éolien (Zed) : Pouligny-Sauzelles et Chazelet – Sacierges – Saint-Civran. Au cours d’un long débat, partisans et adversaires de ces projets ont pu tour à tour s’exprimer et avancer leurs arguments. Des arguments portant sur les enjeux, l’impact environnemental, l’aspect financier, la production envisagée, etc. Cet échange s’est clos par un vote à bulletins secrets qui a démontré, si besoin en était, que les avis sur le sujet sont partagés : 22 voix contre, 20 pour et 2 bulletins blancs. Rappelons que cet avis n’est que consultatif. Et que la décision finale sera prise par le préfet de l’Indre.