May 1, 2012
Quebec, Vermont

Une manifestation s’organise à Stanstead

JEAN-FRANÇOIS GAGNON, La Tribune, 1 May 2012

[Demonstration planned in Stanstead – A protest against the erection of two wind turbines on American soil, near the border, is being organized as an increasing number of politicians from the region are challenging the controversial project.]

MAGOG – Une manifestation contre l’installation de deux éoliennes en sol américain, près de la frontière, est en voie d’organisation alors qu’un nombre croissant de représentants politiques de la région remettent en question ce projet controversé.

La manifestation se tiendra le 6 mai prochain à compter de 13 h dans le secteur de la Bibliothèque Haskell, qui est abritée dans un édifice construit à cheval sur la frontière canado-américaine.

Le maire de Stanstead, Philippe Dutil, ainsi que certains conseillers municipaux de cette localité seront normalement présents, tout comme le député de Compton-stanstead, Jean Rousseau, qui se montre sensible aux craintes des citoyens face au projet.

Puisque la frontière passe à cet endroit, des citoyens américains qui le désireraient seraient en mesure de participer à cette manifestation sans même avoir à pénétrer au Canada. On s’attend d’ailleurs à ce que plusieurs Américains opposés au projet soient de la partie.

Récemment, la Ville de Stanstead a adopté une résolution par laquelle elle confirme son opposition au projet d’éoliennes, proposé par la compagnie Encore Redevelopment.

« Actuellement, il faut expliquer quelles sont nos craintes aux Américains. Les éoliennes devraient être au moins à 600 mètres des maisons, mais certaines résidences ici au Québec seraient beaucoup plus près que ça. Il y a de graves dangers. Par exemple, de gros morceaux de glace peuvent être projetés par les pales vers les résidences en hiver », explique M. Dutil.

Interpellé par la Ville de Stanstead, Jean Rousseau affirme supporter pleinement les démarches de la municipalité dans ce dossier. « À première vue, ce projet est inacceptable! » déclare-t-il.

Pour M. Rousseau, il importe que le point de vue des gens concernés par le projet en sol québécois soit entendu dans ce dossier. Jusqu’à présent, l’organisme chargé d’étudier le dossier aux États-unis, le Vermont Public Services Board, a semblé faire peu de cas des inquiétudes des résidants de Stanstead.

« De notre côté, on trouve la situation curieuse considérant qu’une bonne entente a toujours régné entre la communauté de Stanstead et celle de Derby Line, au sud de la frontière », admet le député de Compton-stanstead.

Reid aussi actif

Quant au député d’orford, Pierre Reid, il affirme être en contact avec le ministère des Affaires internationales du Québec, ceci afin d’aider Stanstead dans ce dossier. Un de ses objectifs est de faire en sorte que les doléances des opposants au Québec soient prises en considération par le Vermont Public Services Board.

M. Reid rappelle que dans le cas de l’agrandissement du site d’enfouissement de Coventry au Vermont, il y a quelques années, des représentants québécois avaient obtenu la possibilité d’être entendus par les autorités américaines.

Le député d’orford a par surcroît écrit ces derniers jours à Chad Farrell, grand patron de Encore Redevelopment, afin de lui demander de réfléchir à la possibilité d’un « retrait stratégique » compte tenu des enjeux dans ce dossier.


URL to article:  https://www.wind-watch.org/news/2012/05/01/une-manifestation-sorganise-a-stanstead/